Sélectionner une page
Le Père Noël est sur michelebonte.com

Le Père Noël est sur michelebonte.com

Faîtes le Père Noël dans la boutique de Michèle Bonte

 

Pour Elles

Des bijoux fantaisie chics et poétiques à tout petits prix.
Créations françaises montées dans nos ateliers à Nantes.

Des porte-bijoux, créations uniques, design et originaux en 3 tailles.
A accrocher ou à poser… Des présentoirs de fabrication française de qualité.

Pour Lui

Des objets déco originaux et design pour embellir son intérieur
Fabrication 100% française

Avec le code 5ID76XEZ port gratuit jusqu’au jeudi 19 décembre !

 

Michèle Bonte : d’institutrice à créatrice !

Michèle Bonte : d’institutrice à créatrice !

Voici une interview chaleureuse de Sarah Guilbaud que j’ai eu le plaisir de recevoir pour l’association Femmes de Bretagne dans laquelle j’ai été coordinatrice.

Michèle Bonte était institutrice. À l’âge de 45 ans, elle crée son entreprise. Depuis, elle invente et conçoit des arbres en acier, à usages multiples. Des objets utiles, beaux et épurés. Rencontre.

Vertou, à quelques kilomètres de Nantes (44). C’est là que vit, travaille et se ressource Michele Bonte, créatrice. Son potager est en forme, les fleurs poussent joliment, les arbres entourant sa maison lui apportent bien-être et énergie. « J’ai toujours aimé les arbres. Je suis passionnée par la nature. J’essaie de faire passer ça dans mes créations, ce lien très fort. »

En plus de la SARL qui porte son nom, elle se forme actuellement en botanique sur internet. Le thème ? Les plantes sauvages. Un monde dont elle se nourrit au quotidien, depuis toujours, qui inspire et influence son travail artistique, bien loin de son métier d’avant.

Née en Tunisie en 1959, Michèle arrive en France à l’âge de six ans, à Lille où vivent ses parents. Là, elle obtient un Deug de Lettres Modernes. Puis c’est l’École Normale. Dans les années 1980, elle devient institutrice. « Ça me plaisait beaucoup. Mais, parallèlement, j’avais envie de faire quelque chose d’artistique. Je faisais beaucoup de couture, des choses avec mes mains. »

Alors, quelques années plus tard, en suivant son mari à Bordeaux, elle quitte l’enseignement,,,la suite ici